La déclaration du Parlement de l'Union Populaire

Extrait

Nous voulons une Union Populaire pour redonner du sens à la politique,
dans laquelle se retrouvent les luttes sociales et écologistes, les combats syndicaux, pour les hôpitaux et l’école publics, pour la justice fiscale et le partage des richesses, pour la culture, les soulèvements populaires pour plus de démocratie, les combats pour une relocalisation et une reconversion sociale et écologique de l’agriculture et de l’industrie, les mobilisations féministes et contre les violences sexuelles et sexistes, les luttes antiracistes, LGBTQI+, celles pour les libertés publiques, une justice au nom du peuple et contre les violences policières, celles pour une réelle prise en compte du handicap, et tant d’autres, qui rassemblent des millions de citoyens.

La déclaration complète

Dans une période de crises sociale, démocratique, écologique, sanitaire, le gouvernement français applique la « stratégie du choc ». Il accélère la mise en oeuvre de sa politique antisociale et anti-écologique au service des plus riches et pour la faire passer, tente d’étouffer, y compris par la répression, les voix qui s’opposent à lui. Il divise la population en alimentant le racisme et les oppressions. Face au risque d’une droite dure ou de l’extrême droite au pouvoir pendant 5 ans, nous ne nous résignons pas. Car nous pensons que beaucoup de nos idées sont majoritaires dans la société.

Pour répondre aux colères légitimes, pour répondre aux vrais besoins dans notre société, nous avons besoin d’alliances suffisamment larges pour prendre le pouvoir et l’exercer de façon démocratique. Nous voulons une Union populaire pour redonner du sens à la politique, dans laquelle se retrouvent les luttes sociales et écologistes, les combats syndicaux, pour les hôpitaux et l’école publics, pour la justice fiscale et le partage des richesses, pour la culture, les soulèvements populaires pour plus de démocratie, les combats pour une relocalisation et une reconversion sociale et écologique de l’agriculture et de l’industrie, les mobilisations féministes et contre les violences sexuelles et sexistes, les luttes antiracistes, LGBTQI+, celles pour les libertés publiques, une justice au nom du peuple et contre les violences policières, celles pour une réelle prise en compte du handicap, et tant d’autres, qui rassemblent des millions de citoyens. Nous voulons leur donner une traduction politique. Nous voulons y faire vivre l’effervescence critique, intellectuelle et artistique. Tout en respectant leur pleine autonomie, nous voulons créer davantage de passerelles avec ces mouvements. Et ainsi irriguer le champ politique de leur énergie et de leur capacité de rassemblement, sur la base de valeurs et revendications communes.

Nous partageons les aspirations au rassemblement, autour d’une candidature qui porte nos valeurs et qui puisse accéder au 2nd tour et l’emporter. À quelques mois des élections présidentielle et législative, il y a urgence. Nous faisons le choix du programme de l’Avenir en commun, parce qu’il nous semble le plus à même de répondre, de façon cohérente, aux besoins écologiques, sociaux et démocratiques. Parce qu’il offre des réponses à la hauteur de la situation, s’attaquant aux racines du système en place. Et parce que la constitution du parlement de campagne est l’occasion d’élargir la mobilisation autour du programme et de son candidat, Jean-Luc Mélenchon. Nous faisons un choix heureux.

Notre parlement de campagne réunit des dizaines de personnes, militant.es syndicalistes, associatifs, artistes, intellectuels, militant.es des quartiers populaires, bien au-delà des cercles de la France insoumise. Il rassemble également tous les parlementaires et des élu.e.s locaux soutenant la candidature de Jean-Luc Mélenchon, des militant.es politiques d’autres partis, des responsables de livrets thématiques de la France insoumise. Durant toute la campagne présidentielle puis législative, ce parlement contribuera aux plans découlant du programme de l’Avenir en commun. Il dialoguera avec le candidat à la présidentielle, sur des sujets programmatiques et tactiques. Il travaillera à l’élargissement des soutiens et à l’impulsion d’une grande campagne d’éducation populaire. Le parlement de campagne sera au coeur de la démarche de l’Union Populaire. Après cette première réunion, face à la gravité de la situation, nous vous appelons à nous rejoindre et à faire force commune.